«Médecine de proximité» - Les syndicats de généralistes prennent Sarkozy au mot

«Médecine de proximité»Les syndicats de généralistes prennent Sarkozy au mot

25.03.2010

MG France, la CSMF, la FMF et le SML se réjouissent de l’initiative prise mercredi par Nicolas Sarkozy en direction de la «médecine de proximité ». Mais les uns et les autres attendent des mesures concrètes, tarifaires notamment, et réclament des moyens supplémentaires pour les médecins généralistes.

  • Les syndicats de généralistes prennent Sarkozy au mot - 1

    Les syndicats de généralistes prennent Sarkozy au mot

Les syndicats de médecins libéraux ont été prompts à réagir à l’annonce surprise d’une « grande concertation sur la médecine de proximité » lancée mercredi par Nicolas Sarkozy. Visiblement, les syndicats de médecins n’entendent pas se bercer de bons mots et réclament des preuves tangibles de la volonté du président de revaloriser la médecine de premier recours.

« Désormais les généralistes attendent des actes, » explique MG France dans un communiqué en faisant état de la possibilité d’utiliser la nomenclature spécialiste et appelant à « un véritable "plan Marshall" pour la médecine générale » comprenant notamment des mesures pour l’installation des jeunes, pour faciliter l’exercice des femmes. MG appelle en particulier de ses voeux « la diversification des modes de rémunérations et des formes d’exercices. »

C’est aussi à l’image du « Plan Marshall » que la FMF se réfère pour demander « des moyens » pour la médecine libérale. La FMF attend du Président « qu’il débloque non seulement la revalorisation des lettres clés, mais qu’il aille bien au-delà ». « En décidant d’engager une concertation sur la médecine de proximité, le Président de la République semble avoir pris la mesure du fossé qui se creuse et de la colère des médecins, » souligne aussi le syndicat de Jean-Claude Régi.

Un premier geste concret attendu

Développant une analyse similaire sur le sujet, la CSMF estime elle aussi que le chef de l’État a « enfin pris la mesure de la colère des médecins libéraux. » La Conf’ attend « un premier geste concret » du président, « en faisant appliquer les accords conventionnels signés, en particulier le C à 23 €, l’assouplissement des règles d’application du C2 consultant et la PDS pour toutes les spécialités en établissement. » Pour le reste, le syndicat de Michel Chassang se dit prêt à « faire partager ses idées modernes et innovantes, qui vont de l’évolution des modes de rémunération des médecins, à la modernisation de l’exercice professionnel pour améliorer la qualité des soins et le service rendu aux patients, sans oublier la réduction des inégalités géographiques, la coordination des soins, les moyens de redonner du sens à une logique de maîtrise médicalisée ou encore l’approfondissement du partenariat conventionnel. » Mais à toutes fins utiles, elle prévient que « la CSMF ne s’engagera que si elle a la certitude de participer à une démarche réellement concertée et débouchant sur du concret, avec l’engagement de moyens réels. »

Enfin, le SML se réjouit que « le profond malaise dans lequel les médecins libéraux se trouvent aujourd'hui, semble enfin être pris en compte au plus haut niveau de l'État. » Mais là encore, le syndicat de Christian Jeambrun « jugera très vite de la réelle détermination du pouvoir à reconsidérer les médecins libéraux, par la réponse que la tutelle donnera dans les jours qui viennent à sa revendication : C = CS = 23 €. »

En résumé, les syndicats de médecins libéraux apprécient l’attention présidentielle, mais attendent de voir. A noter que pour l’heure, aucun n’a levé ses consignes de mobilisation en direction des praticiens : grève de la télétransmission le mardi pour la CSMF et le SML et le lundi pour les autres syndicats (MG, UG, SNJMG) regroupés en intersyndicale. Même chose pour la deuxième journée de fermeture des cabinets organisée le 8 avril par cette dernière.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Levothyrox: une notice diffusée par la justice pour faciliter les plaintes

.

Une notice a été diffusée sur l'ensemble du territoire pour aider les patients, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du... 6

Inquiétude des acteurs de la santé au travail sur la disparition du CHSCT

.

Les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) créés par les lois Auroux de 1982 qui portent l'empreinte de la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir