Popularité - Roselyne Bachelot dévisse dans les sondages

PopularitéRoselyne Bachelot dévisse dans les sondages

19.01.2010

Pour le deuxième mois consécutif, la cote de la ministre de la Santé est en chute libre. Trois enquêtes d’opinion publiées cette semaine dans Métro, dans Le Point et dans Paris Match attestent de ce trou d’air médiatique. Elle est à la fois la personnalité la plus connue du gouvernement, mais aussi désormais un des moins populaires de ses membres.

  • Roselyne Bachelot dévisse dans les sondages - 1

    Roselyne Bachelot dévisse dans les sondages

Rama qui rit, Roselyne qui pleure… Entre Roselyne Bachelot et Rama Yade, son adjointe chargée des Sports, le différentiel de cote de popularité ne cesse de s’aggraver. Même si la Secrétaire d’État vient de se faire dépasser par Dominique Strauss-Kahn comme personnalité politique préférée des Français, elle continue en effet de planer au zénith des enquêtes de popularité. Juste derrière le directeur général du FMI et le ministre des Affaires Étrangères Bernard Kouchner (59 % de cote d’amour chacun), Rama Yade se classe en effet troisième (58 %) dans le baromètre Ipsos pour Le Point à paraître jeudi.

Pour Roselyne Bachelot, qui fut longtemps un des ministres les plus populaires du gouvernement, la comparaison est cruelle. Alors qu’elle était appréciée par près de six français sur dix lors de son installation avenue de Ségur, il y a près de trois ans, à peine un peu plus d’un sur trois applaudit désormais son action. La situation est plus préoccupante encore sur le court terme : depuis deux mois, la ministre de la Santé ne cesse de dévisser dans les sondages. Selon le baromètre Metro-Opinion Way* paru lundi 18 janvier, elle perd 6 points et sa cote s’établit à 35 % d’opinions positives. Dans la même enquête, elle avait déjà perdu 7 points en décembre ! Le baromètre Ipsos-Le Point** (à paraître jeudi) confirme lui aussi ce désamour des Français pour leur ministre de la Santé : elle chute de trois points pour arriver à 35 % de bonnes opinions seulement, un des scores les plus bas du gouvernement. Enfin, dans un troisième sondage Ifop-Paris Match***, (à paraître jeudi), elle perd 7 points en un mois, à 42%.

La première victime de l’épidémie

Visiblement, les Français sont sévères vis-à-vis de sa stratégie de vaccination de masse entamée mi-novembre avec l’ouverture des gymnases. Et l’annonce en janvier d’une résiliation des commandes de vaccins contre la grippe A/H1N1 ne passe pas non plus. Au total, sur deux mois, la popularité de la ministre a reculé de huit points selon Ipsos-Le Point et de 13 selon Métro-Opinion Way. Les Français sont sans doute un peu oublieux à son égard : en juillet, elle était encore à 50 % d’opinions positives, en pleine période de commandes des vaccins…

Au sein du gouvernement, la ministre de la Santé n’est pas la seule à subir les rigueurs de l’hiver : en janvier, seuls quatre ministres ne sont pas à la baisse. Mais pour le deuxième mois consécutif, le trou d’air paraît plus accentué pour Roselyne Bachelot que pour ses collègues. Et en comparaison le sommet de l’exécutif passe plutôt bien le cap de 2010. En témoignent, la stabilité du président de la République (38 %) et la progression de François Fillon (45 % : +2). Selon Opinion Way, Roselyne Bachelot est désormais le 15e ministre du gouvernement en terme de popularité. Selon Ifop, elle n’est plus que classée qu’au 35ème rang des personnalités politiques. Elle pourra se consoler en se disant qu’Éric Woerth est encore moins bien placé qu’elle (32 % selon Opinion Way). Mais le ministre du Budget a encore de la marge. Un sondé sur cinq avoue ne pas bien le connaître, alors que la ministre de la Santé reste le membre du gouvernement le mieux identifié par ses concitoyens : seuls en effet 5 % d’entre eux disent ne pas bien la connaître.

* Sondage réalisé par téléphone du 8 au 13 janvier auprès d’un échantillon de 1 006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

** Sondage réalisé par téléphone les 15 et 16 janvier auprès d'un échantillon de 960 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

*** Sondage réalisé par téléphone les 14 et 15 janvier, auprès de 959 personnes de 18 ans et plus, suivant la méthode des quotas.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les médecins s'inquiètent que les pharmaciens soient autorisés à prescrire des médicaments

Les pharmaciens d'officine seront-ils bientôt habilités à délivrer certains médicaments à la place du généraliste ? L'examen du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) se...22

Non la médecine libérale n'est pas morte : la Carmf réplique à Jean-Paul Delevoye

.

La Caisse autonome de retraite des médecins français (Carmf) n'a pas apprécié d'entendre Jean Paul Delevoye, Haut-Commissaire à la réforme... 2

La nomination au Conseil d'Etat du Pr Yves Lévy, époux d'Agnès Buzyn, fait polémique

.

Le Pr Yves Lévy, époux de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, vient de quitter officiellement la présidence de l'Inserm. Le 12 octobre, il... 2

Pédiatrie L'ENFANT ET LES ÉCRANS Abonné

Enfant ecran

Les médecins ont un rôle important de conseil auprès des parents quant à l'utilisation et à la vigilance face aux éventuels effets négatifs... Commenter

Thérapeutique PRESCRIRE OU NON DES STATINES CHEZ LE SUJET ÂGÉ Abonné

personne age

Ce travail espagnol publié dans le BMJ soulève un problème quotidien de l’initiation d’une statine chez un sujet âgé en prévention... Commenter

A découvrir