Etude - La panique, rançon de l’hypervigilance

EtudeLa panique, rançon de l’hypervigilance

07.01.2010

Un trop fort taux d’orexine pourait expliquer les attaques de panique qui affectent près de 2% de la population. Une étude expérimentale parue en ligne sur le site de Nature Medicine suggère une nouvelle voie de traitement, par exemple en bloquant les récepteurs à l’orexine.

  • La panique, rançon de l’hypervigilance - 1

    La panique, rançon de l’hypervigilance

Un travail américain relie le trouble panique à un hyperfonctionnement du cerveau qui régule la vigilance. Alors qu’une trop faible quantité de ce médiateur est connue pour déclencher une narcolepsie, un trop fort taux d’orexine pourrait être à l’origine d’attaque de panique affectant entre 1 et 2 % de la population. « Cibler le système de l’orexine pourrait être une approche prometteuse pour une nouvelle génération de traitement anxiolytique" a indiqué Thomas R. Insel, M.D., Directeur du National Institute of Mental Health (NIMH). « C’est un bon exemple de la façon dont la recherche translationnelle chez le rat peut potentiellement donner des bénéfices cliniques ». Les chercheurs ont montré que le blocage de l’expression du gène de l’orexine ou de son récepteur a un effet préventif sur le déclenchement des attaques de panique chez le rat. L’étude pointe aussi un taux anormalement élevé d’orexine chez les 53 patients paniqueurs étudiés.

L’orexine est sécrétée par une partie de l’hypothalamus impliquée dans l’éveil et le circuit de la récompense. Les crises de panique peuvent être déclenchées artificiellement par une perfusion de lactate de sodium. En utilisant une technique sur l’ARN, les chercheurs ont réussi à protéger les rats « paniqueurs » en leur injectant un agent génétiquement modifié qui évite l’expression du gène de l’orexine. Mêmes résultats pour les molécules bloquant les récepteurs à l’orexine. « Ca ressemble aux effets des benzodiazépines utilisées pour traiter les troubles paniques » notent les auteurs. Toutefois, l’effet sur les crises de panique n’est pas à mettre sur le compte de la sédation, mais sur une meilleure régulation du système de l’éveil.

A key role for orexin in panic anxiety. Johnson PL, Truitt W, Fitz SD, Kelley PE, Dietrich A, Sanghani S, Traskman-Bendz L, Goddard AW, Brundin, L, Shekhar A. Nature Medicine. Parue en ligne le 27 Décembre 2009.
Dr Muriel Gevrey
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Centre de régulation

Affaire Musenga : « les réponses non adaptées » du SAMU ont entraîné un retard de prise en charge de 2 h 20, pointe l'IGAS

L'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a remis vendredi à la ministre de la Santé les résultats de sa mission d'enquête sur l'affaire Naomi Musenga, jeune femme de 22 ans décédée en...Commenter

Le renouvellement d'ordonnance, premier motif de consultation chez le généraliste

Ordonnance

Alors que les médecins font face à une demande de rendez-vous toujours plus importante et que les pouvoirs publics réfléchissent à... Commenter

HAS : des recos sans consensus sur la maladie de Lyme

Tiques

Très attendues, les nouvelles recos de la HAS sur la maladie de Lyme devaient permettre de mieux baliser la prise en charge et le parcours... 1

Dermatologie PEAU, SOLEIL ET CHALEUR Abonné

Photodermatose

Prédisposition aux cancers, vieillissement cutané et ophtalmique, boutons de chaleur, lucite, aggravation d’une acné… la peau justifie... Commenter

Dermatologie GALE : IVERMECTINE OU PERMÉTHRINE ? Abonné

Gale

Une récente revue Cochrane (1) a évalué l’efficacité et la sécurité de la perméthrine topique et de l’ivermectine topique ou systémique... 2

A découvrir