Etude - La panique, rançon de l’hypervigilance

EtudeLa panique, rançon de l’hypervigilance

07.01.2010

Un trop fort taux d’orexine pourait expliquer les attaques de panique qui affectent près de 2% de la population. Une étude expérimentale parue en ligne sur le site de Nature Medicine suggère une nouvelle voie de traitement, par exemple en bloquant les récepteurs à l’orexine.

  • La panique, rançon de l’hypervigilance - 1

    La panique, rançon de l’hypervigilance

Un travail américain relie le trouble panique à un hyperfonctionnement du cerveau qui régule la vigilance. Alors qu’une trop faible quantité de ce médiateur est connue pour déclencher une narcolepsie, un trop fort taux d’orexine pourrait être à l’origine d’attaque de panique affectant entre 1 et 2 % de la population. « Cibler le système de l’orexine pourrait être une approche prometteuse pour une nouvelle génération de traitement anxiolytique" a indiqué Thomas R. Insel, M.D., Directeur du National Institute of Mental Health (NIMH). « C’est un bon exemple de la façon dont la recherche translationnelle chez le rat peut potentiellement donner des bénéfices cliniques ». Les chercheurs ont montré que le blocage de l’expression du gène de l’orexine ou de son récepteur a un effet préventif sur le déclenchement des attaques de panique chez le rat. L’étude pointe aussi un taux anormalement élevé d’orexine chez les 53 patients paniqueurs étudiés.

L’orexine est sécrétée par une partie de l’hypothalamus impliquée dans l’éveil et le circuit de la récompense. Les crises de panique peuvent être déclenchées artificiellement par une perfusion de lactate de sodium. En utilisant une technique sur l’ARN, les chercheurs ont réussi à protéger les rats « paniqueurs » en leur injectant un agent génétiquement modifié qui évite l’expression du gène de l’orexine. Mêmes résultats pour les molécules bloquant les récepteurs à l’orexine. « Ca ressemble aux effets des benzodiazépines utilisées pour traiter les troubles paniques » notent les auteurs. Toutefois, l’effet sur les crises de panique n’est pas à mettre sur le compte de la sédation, mais sur une meilleure régulation du système de l’éveil.

A key role for orexin in panic anxiety. Johnson PL, Truitt W, Fitz SD, Kelley PE, Dietrich A, Sanghani S, Traskman-Bendz L, Goddard AW, Brundin, L, Shekhar A. Nature Medicine. Parue en ligne le 27 Décembre 2009.
Dr Muriel Gevrey
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...15

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 10

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir