Drogue - Une campagne pour rappeler l’interdit

DrogueUne campagne pour rappeler l’interdit

20.11.2009

Dès le 24 novembre, trois spots TV martèleront que "la drogue, si c’est illégal, ce n’est pas un hasard." La campagne est relayée par ailleurs dans la presse, mais aussi sur internet. Et par ailleurs les jeunes recevront directement sur leur portable un message les mettant en garde contre les dangers de l’alcool.

  • Une campagne pour rappeler l’interdit - 1

    Une campagne pour rappeler l’interdit

Un jeune marié prenant le volant aux côtés de son épouse après avoir fumé un joint, une baby-sitter tenant un bébé dans ses bras après avoir pris de la cocaïne, des jeunes gens consommant de l'ecstasy lors d'une fête s'achevant sur un toit, au bord du vide... Face à la banalisation de certaines consommations, le ministère de la Justice et la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) lancent une campagne d'information destinée à rappeler que l'usage de drogue est illégal et que la vente d'alcool aux mineurs est interdite. Trois spots télévisés seront ainsi diffusés sur ces thèmes par plusieurs chaînes du 24 novembre au 13 décembre.

Selon Etienne Apaire, patron de la MILDT, la perception du phénomène par nos concitoyens est préoccupante : un sondage BVA* rendu public par la Mission montre en effet que 49 % des personnes interrogées pensent que consommer du cannabis chez soi n'est pas interdit et 32 % pensent la même chose pour la consommation d'héroïne, de cocaïne et d'ecstasy. La nouvelle campagne a donc pour but de rappeler que "la drogue si c'est illégal, ce n'est pas par hasard".

"Cette campagne ne s'appuie pas sur la peur, a observé la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie. Les images s'arrêtent avant la catastrophe. C'est une campagne qui fait appel beaucoup plus à la responsabilité personnelle. On laisse imaginer la suite et c'est une façon de faire confiance".

Les dernières études montrent qu'un baisse de consommation de cannabis s'amorce chez les jeunes, mais selon le ministère, on dénombre encore 1,2 million d'usagers réguliers de cette drogue et 250.000 consommateurs réguliers de cocaïne et d'ecstasy. Dans le cadre de la campagne d'information, la MILDT met aussi à la disposition de la grande distribution, des hôteliers, des restaurateurs et des discothèques des affichettes rappelant l'interdiction de la vente d'alcool aux mineurs prévue dans la loi de juillet 2009. La campagne sera aussi relayée par des annonces dans la presse. Et les médias préférés des jeunes sont aussi mis à contribution: internet et SMS. 30.000 jeunes gens de moins de 18 ans recevront le 27 novembre un SMS sur leur portable les alertant sur les dangers de l'alcool.

* Echantillon représentatif de 1.243 personnes interrogées en septembre 2008
Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Dépakine: audience préliminaire au TGI de Paris

L'association de défense des victimes de la Dépakine et le laboratoire Sanofi ont aiguisé leurs arguments mercredi lors d'une audience au tribunal de grande instance de Paris, première étape de l...Commenter

Les MICI gagnent du terrain surtout dans les pays nouvellement industrialisés

Mici

Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) sont des pathologies du 21ème siècle, indique clairement Le Lancet du 16... 1

Feu vert sur les vaccins obligatoires : en commission, les députés médecins montent au créneau

.

Ça devrait passer lors de l'examen du PLFSS dans l'hémicycle la semaine prochaine. Mais pas forcément comme une lettre à la poste… Les déput... 5

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir