Assurance-maladie - Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

Assurance-maladieDans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

29.10.2009

Une étude de l’Assurance-maladie sur la consommation de soins en France révèle de très fortes disparités régionales, même à structures d’âges comparables.

  • Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ? - 1

    Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

Si l’on fait abstraction de l’âge moyen des patients, quelles sont les régions françaises où l’on consomme le plus de soins de ville et de soins hospitaliers de court séjour ? L’Assurance-maladie vient de publier une étude inédite qui montre d’importantes disparités régionales dans la consommation médicale. À structure d’âge comparable, le niveau global de recours en soin varie de 26 % entre les régions extrêmes : PACA pour les plus gros consommateurs à Pays-de-Loire pour les plus faibles. « Or la corrélation avec l’état de santé, que nous avons appréhendé via les taux de mortalité, semble plutôt faible » affirme Yvon Merlière, directeur-adjoint de la stratégie, des études et des statistiques de la CNAMTS. Les deux régions extrêmes dans leur consommation de soins ont d’ailleurs des taux de mortalité très proches. La corrélation apparaît cependant plus forte avec les seuls soins hospitaliers. Des régions comme la Lorraine, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais ont à la fois de fortes consommations hospitalières et des taux de mortalité plus élevés. En outre, il n’y a pas d’effet de « vase communicants » entre soins de ville et soins hospitaliers. Certaines régions présentent des taux élevés de recours en ville comme à l’hôpital : Champagne-Ardenne, Bourgogne, Franche-Comté, Basse et Haute Normandie. D’autres ont des consommations plus faibles partout : Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, Centre, Auvergne, Bretagne, Limousin et Rhône-Alpes. En revanche, il y a une corrélation forte entre l’offre de soins de ville et le recours des patients. Globalement, l’écart de consommation de soins de ville est de 40 % entre les régions. Les régions les plus consommatrices de soins de ville sont celles du Sud de la France ainsi que le Nord-Pas-de-Calais, celles où la démographie médicale est la plus forte. De son point de vue, l’Assurance-maladie a donc tout à gagner d’une répartition plus homogène des professionnels de santé libéraux sur le territoire.

V.H.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 3

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir