Assurance-maladie - Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

Assurance-maladieDans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

29.10.2009

Une étude de l’Assurance-maladie sur la consommation de soins en France révèle de très fortes disparités régionales, même à structures d’âges comparables.

  • Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ? - 1

    Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

Si l’on fait abstraction de l’âge moyen des patients, quelles sont les régions françaises où l’on consomme le plus de soins de ville et de soins hospitaliers de court séjour ? L’Assurance-maladie vient de publier une étude inédite qui montre d’importantes disparités régionales dans la consommation médicale. À structure d’âge comparable, le niveau global de recours en soin varie de 26 % entre les régions extrêmes : PACA pour les plus gros consommateurs à Pays-de-Loire pour les plus faibles. « Or la corrélation avec l’état de santé, que nous avons appréhendé via les taux de mortalité, semble plutôt faible » affirme Yvon Merlière, directeur-adjoint de la stratégie, des études et des statistiques de la CNAMTS. Les deux régions extrêmes dans leur consommation de soins ont d’ailleurs des taux de mortalité très proches. La corrélation apparaît cependant plus forte avec les seuls soins hospitaliers. Des régions comme la Lorraine, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais ont à la fois de fortes consommations hospitalières et des taux de mortalité plus élevés. En outre, il n’y a pas d’effet de « vase communicants » entre soins de ville et soins hospitaliers. Certaines régions présentent des taux élevés de recours en ville comme à l’hôpital : Champagne-Ardenne, Bourgogne, Franche-Comté, Basse et Haute Normandie. D’autres ont des consommations plus faibles partout : Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, Centre, Auvergne, Bretagne, Limousin et Rhône-Alpes. En revanche, il y a une corrélation forte entre l’offre de soins de ville et le recours des patients. Globalement, l’écart de consommation de soins de ville est de 40 % entre les régions. Les régions les plus consommatrices de soins de ville sont celles du Sud de la France ainsi que le Nord-Pas-de-Calais, celles où la démographie médicale est la plus forte. De son point de vue, l’Assurance-maladie a donc tout à gagner d’une répartition plus homogène des professionnels de santé libéraux sur le territoire.

V.H.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir