Assurance-maladie - Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

Assurance-maladieDans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

29.10.2009

Une étude de l’Assurance-maladie sur la consommation de soins en France révèle de très fortes disparités régionales, même à structures d’âges comparables.

  • Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ? - 1

    Dans quelles régions consomme-t-on le plus de soins ?

Si l’on fait abstraction de l’âge moyen des patients, quelles sont les régions françaises où l’on consomme le plus de soins de ville et de soins hospitaliers de court séjour ? L’Assurance-maladie vient de publier une étude inédite qui montre d’importantes disparités régionales dans la consommation médicale. À structure d’âge comparable, le niveau global de recours en soin varie de 26 % entre les régions extrêmes : PACA pour les plus gros consommateurs à Pays-de-Loire pour les plus faibles. « Or la corrélation avec l’état de santé, que nous avons appréhendé via les taux de mortalité, semble plutôt faible » affirme Yvon Merlière, directeur-adjoint de la stratégie, des études et des statistiques de la CNAMTS. Les deux régions extrêmes dans leur consommation de soins ont d’ailleurs des taux de mortalité très proches. La corrélation apparaît cependant plus forte avec les seuls soins hospitaliers. Des régions comme la Lorraine, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais ont à la fois de fortes consommations hospitalières et des taux de mortalité plus élevés. En outre, il n’y a pas d’effet de « vase communicants » entre soins de ville et soins hospitaliers. Certaines régions présentent des taux élevés de recours en ville comme à l’hôpital : Champagne-Ardenne, Bourgogne, Franche-Comté, Basse et Haute Normandie. D’autres ont des consommations plus faibles partout : Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, Centre, Auvergne, Bretagne, Limousin et Rhône-Alpes. En revanche, il y a une corrélation forte entre l’offre de soins de ville et le recours des patients. Globalement, l’écart de consommation de soins de ville est de 40 % entre les régions. Les régions les plus consommatrices de soins de ville sont celles du Sud de la France ainsi que le Nord-Pas-de-Calais, celles où la démographie médicale est la plus forte. De son point de vue, l’Assurance-maladie a donc tout à gagner d’une répartition plus homogène des professionnels de santé libéraux sur le territoire.

V.H.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Retraite : les médecins libéraux risquent d'être les grands perdants de la réforme selon l'UFML-S

La réforme des retraites pilotée par Jean-Paul Delevoye constitue-t-elle une menace pour les médecins libéraux ? C'est la grande crainte de l'Union française pour une médecine libre - syndicat ...2

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... Commenter

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir