Etude - Le VIH pourvoyeur de cancer

EtudeLe VIH pourvoyeur de cancer

08.10.2009

Pour la première fois, une immense étude sur 52278 patients suivis entre 1998 et 2006 apporte la démonstration du lien entre l’infection à VIH et l'augmentation de cancer. Ces résultats plaident pour un diagnostic et un traitement précoce des patients séropositifs.

  • Le VIH pourvoyeur de cancer - 1

    Le VIH pourvoyeur de cancer

Le déficit immunitaire joue à lui seul un rôle majeur dans la survenue des cancers des patients séropositifs à VIH qu’ils soient ou non au stade SIDA. Telle est la conclusion d’une vaste étude prospective réalisée à partir des patients inclus dans la base de données hospitalières françaises sur l'infection à VIH (ANRS CO4). Les résultats de cette étude, publiés mercredi sur le site du journal Lancet Oncology, indiquent que le risque est proportionnel à la sévérité du déficit immunitaire, indépendamment des autres facteurs de risque éventuels.

Ces conclusions soulignent également que l'objectif du traitement ne doit pas seulement être la diminution de la charge virale, mais le maintien ou la restauration du nombre de lymphocytes CD4 au-dessus de 500/mm3. Pour le Dr Dominique Costagliola (Directrice de l'Unité mixte Inserm/Université Pierre et Marie Curie 943 « Epidemiologie, stratégies therapeutiques et virologie cliniques dans l'infection à VIH »), qui a dirigé l'étude, « il apparaît clairement qu'une immunodéficience, même modérée, est associée à une augmentation du risque de cancers chez les personnes infectées par le VIH.

De surcroît, à l'exception du cancer du canal anal, ce risque apparaît réversible lorsque les lymphocytes CD4 remontent. Il est donc indispensable d'obtenir chez ces patients, avec les traitements antirétroviraux, une restauration immunitaire et un maintien de celle-ci au-dessus de 500 CD4/mm3. Cela plaide également en faveur d'un diagnostic de l'infection et d'une mise sous traitement précoces. Enfin, ces résultats renforcent l'intérêt du dépistage régulier du cancer du col de l'utérus pour les femmes séropositives. Les auteurs rappellent que depuis l'introduction des multithérapies antirétrovirales en 1996, les cancers sont devenus la première cause de décès chez les patients infectés par le VIH.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Baclofène

Sécurité du baclofène: l'étude Baclophone plutôt rassurante

Les études sur la sécurité du Baclofène se suivent et ne se ressemblent pas … Alors que début juillet l’étude en vie réelle menée conjointement par la CNAM et l’ANSM mettait en évidence « un profil...1

Santé des migrants : le comité d'éthique prend la défense de l'AME

CCNE

Le comité consultatif national d’éthique rendait lundi matin son avis sur la santé des migrants. Un avis qui rejoint les rapports récents... 1

Le Français aime son généraliste, mais un peu moins que son voisin Allemand...

.

Les Français ont une excellente opinion de leurs médecins généralistes. La dernière enquête Odoxa le confirme : 81 % ont une assez bonne... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 1

A découvrir