Rentrée universitaire - Un peu d’oxygène pour la médecine générale à la fac

Rentrée universitaireUn peu d’oxygène pour la médecine générale à la fac

15.09.2009

C’est la bonne nouvelle de la rentrée dans les départements de médecine générale. 24 nouveaux postes d’enseignants vont être créés. Et parallèlement, le nombre de confrères maîtres de stage continue de progresser doucement. Il atteindrait les 6000 actuellement. Une embellie qui permettra de s’adapter à la croissance forte du nombre d’internes généralistes dans les facultés.

  • Un peu d’oxygène pour la médecine générale à la fac - 1

    Un peu d’oxygène pour la médecine générale à la fac

Il était temps! A quelques semaines de la rentrée universitaire, la nomination annoncée de 24 nouveaux postes de maîtres de conférence généralistes dans les facultés de médecine devraient apporter un peu d’oxygène aux départements de médecine générale. Certes, on n’est pas encore au seuil de 50 nominations d’enseignants associés par an prévu par la loi Bachelot. Pourtant, Vincent Renard, président du Syndicat national des enseignants de médecine générale (SNEMG) ne boude pas son plaisir. "C’est une heureuse surprise, à laquelle nous avions beaucoup travaillé, mais le ministère de l’Enseignement supérieur a compris que ces nominations étaient indispensables, car, avec la hausse du numerus clausus et la mise en place du stage de deuxième cycle au cabinet, les départements de médecine générale étaient à l’agonie, une axphyxie qui rendait impossible la rentrée à venir."

C’est donc une première! Ainsi que le rappelle le SNEMG, pour la première fois, le ministère de l’enseignement supérieur a donc suivi totalement l’avis du Conseil national des universités, sans rabioter sur les créations. Et en tout, 27 généralistes candidats seront donc nommés * en plus en cette rentrée, soit 24 créations nettes de postes en médecine générale. Pour le SNEMG, c’est un essai à transformer car "la situation va rester extrèmement difficile notamment dans les facultés où le nombre d’internes va largement augmenter." Mine de rien, certaines facs sont confrontés à des hausses très importantes du nombre d’internes en médecine générale: +18% en Ile de France, +20% à Bordeaux, +24% à Clermont-Ferrand, +30% à Nantes, +36% à Besançon, +55% à Toulouse, +62% à Montpellier, +71% à Nice !"

Et pour autant, les effectifs globaux progressent dans les départements de médecine générale. Cette année, on va donc passer de 134 postes de professeurs et maîtres de conférence généraliste à 158. "C’est une bonne nouvelle, mais on attend la suite", résume Vincent Renard, qui fait allusion à la nomination espérée de professeurs titulaires parmi les enseignants généralistes. Une décision que le SNEMG souhaite imminente, puisque 38 dossiers ont été validés par le conseil national d’intégration.

Parallèlement, la situation semble s’améliorer aussi en ce qui concerne les effectifs de maîtres de stage. "On est à quasiment 6000 généralistes maîtres de stage aujourd’hui, contre 4000 seulement il y a encore deux ans," rapporte le Dr Renard. Avec la création du Saspas et la généralisation du stage de 2d cycle chez le généraliste, les besoins sont, de ce point de vue, considérables. Pourtant, "trouver un bon professionnel qui accepte de s’investir, c’est compliqué" reconnait le président du SNEMG.

En cette fin d’été, pour que l’éclaircie soit parfaite à la fac, il faudrait aussi que soient nommés suffisamment de nouveaux chefs de clinique en médecine générale. Seule une quinzaine de nomination pourraient avoir lieu cette année, alors que la loi Bachelot en prévoit une cinquantaine par an. Les internes de l’Isnar-IMG s’impatient. Et si Vincent Renard comprend cette exaspération, il tente une explication: "on escompte bien que les années suivantes il y a en aura plus. Mais pour encadrer des chefs de cliniques, il faut d’abord des professeurs titulaires et de vrais équipes d’enseignants."

* les 27 nouveaux maîtres de conférence en médecine générale :

Isabelle AUGER, Paris 7

Sylvie ERPELDINGER, Lyon

Sandrine HUGE, Rennes

Jean-Christian GRALL, Strasbourg

François BIRAULT, Poitiers

Jean-Paul CANEVET, Nantes

Sébastien LERUSTE, Lille

Gaëtan GENTILE, Marseille

Jacques CITTEE, Paris 12

Martine BRIN, Grenoble

William DURIEUX, Bordeaux

François MORLON, Dijon

Emmanuel LEFEBVRE, Rouen

Rodolphe CHARLES, Saint-Etienne

Paolo DI PATRIZIO, Nancy

Pierre BARRAINE, Brest

Dominique AMBROS, Reims

Michaël NEMORIN, Paris 13

Jean ROBERT, Tours

Jacques RAMBAUD, Montpellier

Gilles GARDON, Nice

Pierre-François CHEVALLIER, Marseille

Jean-Marc ROYE, Clermont-Ferrand

André STILLMUNKES, Toulouse

Jean-Claude SCHWARTZ, Paris 5

Jean-Claude DARRIEUX, Paris Ile-de- France-ouest

Eric CAILLIEZ, Angers

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Désert médical

Logement et transport pour les internes, guichet d'accueil... : l'Eure met le paquet pour recruter des médecins

Avec seulement quatorze installations pour trente départs à la retraite au 1er janvier 2017, le département de l'Eure est un des plus sensibles en termes de démographie médicale. Pour répondre à...2

Enquête : qu'attendez-vous de la recertification ?

recertification

Le gouvernement souhaite mettre en place une recertification périodique des compétences des médecins. Beaucoup d’incertitudes entourent... Commenter

Faire ses visites à cheval, le quotidien d'un généraliste piémontais

Cheval

Au milieu des vignes plongées dans une brume épaisse, un homme galope à cheval. On se croirait dans un film sur le XIXe siècle, mais la... Commenter

ORL LE VERTIGE POSITIONNEL PAROXYSTIQUE BÉNIN Abonné

Vestibulométrie sous vidéonystagmographie (VNG)

Les vertiges paroxystiques positionnels bénins sont la première cause de vertiges, mais le médecin généraliste doit avant tout éliminer une... Commenter

Prescription METFORMINE ET RISQUE D’ACIDOSE LACTIQUE Abonné

Molecule de Metformine

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a récemment alerté sur le risque d’acidose lactique sous... Commenter

A découvrir