Déserts médicaux - Midi-Pyrénées met le paquet pour attirer les généralistes.

Déserts médicauxMidi-Pyrénées met le paquet pour attirer les généralistes.

01.04.2009

La région Midi-Pyrénées, présidée par le socialiste Martin Malvy, anticipe les mesures incitatives prévues dans le projet de loi « Hôpital, patients, santé et territoires ». Elle vient notamment de décider la création d’une bourse pour les futurs généralistes qui s’engagent à exercer en zone déficitaire.

  • Midi-Pyrénées met le paquet pour attirer les généralistes. - 1

    Midi-Pyrénées met le paquet pour attirer les généralistes.

Avec 25 zones identifiées comme sous-médicalisées et 338 communes qui rencontrent des difficultés à recruter durablement des médecins, la région Midi-Pyrénées fait figure de parent pauvre de la démographie médicale en dépit de son attractivité climatique et économique. Pour y remédier, le Conseil Régional a décidé, cette semaine, lors de son assemblée plénière, d’une nouvelle mesure incitative pour attirer les futurs généralistes. Une indemnité d’études pour les étudiants en médecine les moins favorisés sera mise en place à la rentrée en partenariat avec la Faculté de médecine de Toulouse. Le coût total de cette bourse, qui préfigure celle que le projet de loi « Hôpital, patients, santé et territoires » entend mettre en œuvre lorsque les ARS seront opérationnelles, s’élève à 20 400 euros par étudiant sur 5 ans : 300 euros par mois de la deuxième à la quatrième année puis 400 euros de la cinquième à la sixième année. Cette allocation est d’un montant plus modeste que ce qui est prévu par l’amendement Rolland à HPST (1 200 euros par mois) mais impose une contrainte moins lourde. L’étudiant s’engage à exercer pendant cinq ans dans une zone déficitaire de la région à l’issue de son DES de médecine générale. Tandis que l’allocation de l’amendement Rolland prévoit un engagement de 10 ans à exercer en libéral dans le canton décidé par l’agence régionale de santé. En Midi-Pyrénées, l’objectif est d’attribuer 10 bourses par an, à rembourser si l’étudiant ne remplit pas sa part du contrat.

Cette mesure vient compléter le « plan en faveur des zones sous-médicalisées » lancé en 2006 par le Conseil Régional présidé depuis 1998 par le socialiste Martin Malvy (photo). La région verse déjà une aide financière sous la forme d’une indemnité de transport et de logement aux internes de médecine générale qui acceptent d’accomplir leur stage ambulatoire de troisième cycle en zone sous-médicalisée. Actuellement, sept internes en bénéficient. Elle accorde également une indemnité aux généralistes qui souhaitent suivre la formation de maître de stage. En outre, une prime de 8 000 euros est également proposée aux médecins généralistes qui s’engagent à exercer pendant cinq ans dans une zone déficitaire. Le praticien doit simplement produire des justificatifs des dépenses d’investissement liées à son activité.

Toujours dans l’esprit de la loi Bachelot, le Conseil Régional entend soutenir la création de maisons de santé pluridisciplinaires. Le gouvernement a prévu un financement de 20 millions d’euros en 2010 pour soutenir ces structures. Quatre sont déjà ouvertes en Midi-Pyrénées et sept sont en construction. L’aide de la Région porte sur l’acquisition, la construction ou la réhabilitation de locaux « en vue de créer une maison de santé pluridisciplinaire en milieu rural et prioritairement dans une zone sous-médicalisée ». Pour autant, bien qu’il soit raccord avec la politique incitative du gouvernement pour ce qui est de la démographie médicale, Martin Malvy ne donne pas quitus à Roselyne Bachelot sur l’ensemble de son projet de loi. Il est également président de l’Association des petites villes de France (APVF). Et à ce titre, il s’est illustré l’automne dernier, dans la défense des « petits hôpitaux ». « Là où les hôpitaux ou leurs MCO (médecine, chirurgie, obstétrique) disparaissent, les jeunes médecins ne viendront plus s'installer » avait-il prévenu en présentant le dernier « livre blanc » de l’APVF. En Midi-Pyrénées, si aucune mesure n’était mise en œuvre, les prévisions tablent sur une chute de 22 % de la densité médicale d’ici 2030.

Véronique Hunsinger
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Crise

Déserts médicaux Ces départements qui ne connaissent pas la crise

Alors que la France médicale se dépeuple de ses généralistes, une douzaine de départements semble encore échapper à la décrue. Attractivité naturelle du territoire, volontarisme des leaders, ou...6

PMA pour toutes : le ministre de l'Intérieur n'est pas pressé

.

Priorité ou pas pour le gouvernement ? La secrétaire d'Etat chargée à l'Egalité entre les femmes et les hommes est revenue dimanche sur... Commenter

Les étudiants en soins infirmiers ne vont pas si bien

.

La Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnsei) tire la sonnette d'alarme sur la santé des étudiants à l'issue d'une... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir