Travail en équipe : les « drôles » de négos continuent

Publié le 12/06/2014

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Après avoir claqué la porte des négociations la semaine dernière, l’UNPS a cette fois-ci participé à l’intégralité de la réunion de travail programmée ce jeudi matin avec l’Assurance maladie et les autres syndicats. de même ue la CSMF. Une fois le sujet qui fâche mis temporairement entre parenthèses –Accords conventionnels interprofessionnels (ACI) vs Accord cadre interprofessionnel (ACIP)- la reprise du dialogue entre les différents interlocuteurs a pu avoir lieu. Il a donc été question « du contenu et pas du contenant », précise le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, qui parle même d’une « avancée ». « Nous avons présenté nos propositions de modèles de travail de coordination qui permettront d’accéder à une rémunération », explique pour sa part le Dr Claude Leicher, président de MG France. Selon le syndicat de médecins généralistes, trois possibilités pourraient s’offrir aux professionnels de santé : la démarche de soins coordonnés autour d’un patient comme la protocolisation d’une prise en charge, la coordination centrée autour des patientèles du médecin traitant par une équipe de soins formalisée (maisons de santé avec ou sans les murs par exemple), ou encore la coordination centrée autour d’une population (éducation thérapeutique, dépistage).

Plus pessimiste, le Dr Jean-Paul Hamon, président de la FMF, s’est exclamé à l’issue de la réunion : «visiblement on n'est pas rendu si on veut aboutir avant la mi juillet », faisant référence à la deadline posée par la ministre de la Santé. La Fédération Française des Maisons et Pôles de Santé (FFMPS) s’est également exprimée sur ces négociations. Visiblement son président s’impatiente, insiste sur la nécessité de mixer davantage les modes de rémunération et estime en substance que ce n’est pas avec 90% de la rémunération à l’acte que l’on réorientera l’activité du généraliste. Pierre de Haas -qui ne participe pas à ces pourparlers- espère que les « organisations représentatives (…) auront la volonté de créer les conditions du travail collectif de demain, plus loin que de défendre le seul pré carré de leur profession ». Une nouvelle réunion de travail est prévue le 25 juin.


Source : legeneraliste.fr