Tué par les algues vertes ? L'autopsie du joggeur breton ne permet pas de trancher

Publié le 10/12/2016
.

.
Crédit photo : GARO/PHANIE

"L’aspect des poumons est compatible avec une asphyxie œdémateuse orientant vers une cause d'origine centrale qui peut survenir tant sous l'effet de toxiques, dont l’H2S, que d’une privation brutale d’oxygène résultant d'un arrêt cardiaque". À l’issue de l'autopsie et des analyses toxicologiques sur le joggeur breton décédé cet automne, le procureur de la République de Saint-Brieuc, n'est pas beaucoup plus avancé concernant la responsabilité des algues vertes.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)