Lombalgie (1)

Travailler, c’est la santé...  Abonné

Publié le 11/04/2014
Si le travail peut favoriser la survenue d’une lombalgie, l’inactivité peut aussi être délétère et contribuer à la chronicisation de la pathologie. Dès le premier épisode aigu, la prise en charge doit viser à éviter ce cercle vicieux en s’appuyant sur l’éducation thérapeutique et en réduisant au minimum les arrêts de travail.

Les chiffres sont têtus : alors que plusieurs études avaient déjà souligné le lien étroit entre lombalgies et activité professionnelle, un nouveau travail publié fin mars dans le BMJ enfonce le clou. Et montre que la lombalgie, au niveau mondial, représente à elle seule le tiers des pathologies liées au travail. Sans surprise, les métiers à risque sont ceux qui imposent le port de charges, l’exécution de mouvements en force, des positions inconfortables et l’exposition à des vibrations.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte