Sur la grève, la FMF rejoint l’UNOF et va rencontrer MG

Publié le 21/10/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

La dynamique unitaire est (peut-être) en marche. Au lendemain du mot d’ordre de l’UNOF de fermeture des cabinets lors de la dernière semaine de l’année, le président de la FMF a annoncé mardi que son syndicat s’y associait sur ces dates (24 au 31 décembre) en élargissant la consigne à l’ensemble des médecins, généralistes et spécialistes. "Puisque la ministre n’entend rien sur les vaccinations et les infirmières cliniciennes et que son projet de loi est truffé de mesures anti-libérales, on va lui montrer ce que c’est qu’une France sans médecins libéraux," martèle Jean-Paul Hamon. Pour le généraliste de Clamart, le mouvement sera aussi un moyen de protester contre le tiers payant généralisé et le blocage du C.

Mercredi, il a prévu de rencontrer sur ce thème le président du Bloc et celui de MG France. "Il y a probablement un chemin vers une unité de revendication", constate aussi par avance Claude Leicher. Mais entre le chef de file de MG France et celui de l’UNOF, il y a visiblement encore du chemin à parcourir des deux côtés. L’UNOF reproche à MG son soutien initial de principe au tiers payant. Pendant que MG accuse toujours la CSMF d’avoir privé les généralistes de C à 25 euros, en leur interdisant la majoration MPC. Le désaccord porte aussi sur les revendications à mettre en avant : "Il faut qu’il y ait aussi accord sur le contenu de la contestation", insiste Claude Leicher, qui considère qu’aujourd’hui "il y a une urgence pour les médecins généralistes" et qui souhaite centrer l’action à venir sur la valeur de leurs consultations.

Interrogée mardi sur i-Télé sur le mot d’ordre de l’UNOF, Marisol Touraine a assuré qu'il y "aurait forcément des médecins à Noël". "Nous ne laissons évidemment pas les Français sans médecins. Il y aura les hôpitaux et puis des médecins qui peut-être seront là tout simplement parce qu'ils voudront répondre aux préoccupations des Français".


Source : legeneraliste.fr