Courrier des lecteurs

Généraliste libéral et heureux (suite)

Publié le 07/12/2017

-       Je viens de quitter ce fabuleux métier qui m’a enrichi humainement grâce aux patients.

-       Je recevais sur rendez-vous, sauf les urgences bien sûr, et moi aussi j’ai pu sélectionner ma patientèle de gens charmants, souriants, reconnaissants.

-       Quant au métier, aucune routine intellectuelle ni émotionnelle.

-       Il est vrai qu’en ville, la concurrence fait que le système de travail semble plus simple à gérer.

-       Et puis c’est un métier où il y a du travail d’emblée, et sûrement toute la vie avec une indépendance sans hiérarchie et sans tutelle excessive de la Sécurité sociale.

-       Mais soyons réalistes, il y a des quartiers difficiles, des coins isolés et là, la sérénité ne doit pas toujours être présente. Dans ces cas, vive l’exercice libéral en groupe ! Ce n’était pas mon cas et très organisé, je n’avais pas d’ordi. C’était presque le bonheur !

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Pascal Legrand, Vannes (Morbihan)

Source : Le Généraliste: 2816