Agacé par le départ inopiné de confrères, un généraliste réclame un encadrement plus strict de la fin d'activité

Par
Publié le 24/04/2018
Arrêt d'activité

Arrêt d'activité
Crédit photo : GARO/PHANIE

Deux poids, deux mesures pour la médecine libérale ? Le Dr Nicolas Thual, généraliste à Brehan (Morbihan), s’interroge. Dans son secteur, deux confrères ont raccroché il y a peu et deux autres s’apprêtent à faire de même. Sur les quatre, deux sont malades. « Je ne lance pas la pierre à mes confrères qui cessent », prévient Nicolas Thual. Mais l’absence d’informations sur ces départs l’irrite. « Nous avons appris par hasard qu’un médecin partait au mois de juin. (…) Le quatrième départ, pour raison de maladie, va être annoncé.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)