Pour désengorger les urgences, Olivier Véran suggère de réformer leur financement

Publié le 26/05/2016
urgences

urgences
Crédit photo : RAGUET/PHANIE

Aujourd'hui aux urgences "l'établissement hospitalier n'a aucun intérêt à rediriger les cas les plus légers, car seuls resteraient aux urgences les cas les plus lourds qui sont, en l'état actuel sous-financés". Dans son rapport sur l'évolution de la tarification à l'activité (T2A) dans les hôpitaux, l'ancien rapporteur du projet de loi santé explique par des raisons bêtement tarifaires l'engorgement des urgences hospitalières.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)