Trop de bénéficiaires potentiels de la CMU ou de l'ACS ne s'en prévalent pas

Publié le 22/10/2016
.

.
Crédit photo : GARO/PHANIE

La CMU-C et l'aide à la complémentaire santé (ACS) remplissent bien leur office, même si trop de bénéficiaires potentiels ne se prévalent pas de leurs droits. C'est le constat posé par les statisticiens de la DREES, plus de 15 ans après l'invention de la couverture maladie universelle. En 2014, 5,5 millions de personnes étaient affiliées à l'un ou à l'autre de ces deux dispositifs, qui représentaient 9 % des revenus de ces bénéficiaires. La CMU-C couvre en effet 4,6 millions de personnes et coûte 2 milliards d'euros à la collectivité.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)