CPTS, PTA, ESP...

Sur le terrain, ils négocient (déjà) le "virage ambulatoire" Abonné

Publié le 04/11/2016
Sur le terrain, ils négocient (déjà) le "virage ambulatoire"

Ouverture
VOISIN/PHANIE

Esquissée dans la loi de santé, une nouvelle organisation des soins se met progressivement en place. Depuis le début de l’été, communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), équipes de soins primaires (ESP) et autres plates-formes territoriales d’appui (PTA) pointent le bout de leur nez. Autant d’appellations censées concrétiser le virage ambulatoire et la coordination entre professionnels pour la prise en charge des patients complexes. Et si les syndicats demeurent méfiants sur les intentions des ARS, leurs chefs de file y voient une raison supplémentaire pour appeler les médecins à investir ces nouvelles structures.

ESP, CPTS et PTA, trois sigles qui n’évoquent sans doute pas grand-chose pour la plupart des généralistes. Tout juste rappelleront-ils, aux plus avertis d’entre eux, les vifs débats qui ont entouré la réforme du système de santé de Marisol Touraine. Car, derrière ces sigles un peu obscurs (voir ici) , se trouvent de nouveaux outils destinés à accompagner le virage ambulatoire. Équipe de soins primaires (ESP), communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) et plate-forme territoriale d’appui (PTA) doivent en effet venir structurer le système de soins en ville. Et permettre non…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte