Sortie du film « 120 battements par minute »

Sida : quand Act Up chahutait les ministres de la Santé

Publié le 18/08/2017
C’est l’un des rendez-vous majeur de cet été sur grand écran. Le film de Robin Campillo, Grand prix du Festival de Cannes, raconte l’odyssée d’Act Up Paris, un mouvement d’activistes de la cause du Sida, importé des Etats-Unis, qui fera irruption en France à partir des années 1990 et signera la prise de pouvoir des patients sur leur destinée. Les ministres de la Santé ont dû s’y faire, souvent à leurs dépens. Récit de ces « zap » dont furent victimes bien des locataires de l’avenue de Ségur, d’Elisabeth Hubert à Marisol Touraine, pour réclamer plus d’audaces sur la prévention ou plus de rapidité sur les traitements…
.

.
Crédit photo : William Hamon / Flickr

Primé à Cannes, le film « 120 battements par minute » qui sort sur les écrans mercredi 23 août vient rappeler la croisade bruyante et tonitruante des militants d’Act Up depuis près de 30 ans. Industriels du médicament, institutions publiques et décideurs furent particulièrement visés par les « Zap » d’Act Up : ces happenings minutieusement préparés au cours desquels les militants font irruption et coupent la parole.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)