Pourquoi la crise « couve » chez les médecins libéraux Abonné

Publié le 16/10/2020
Pourquoi la crise « couve » chez les médecins libéraux


VOISIN/PHANIE

Grands oubliés du Ségur de la santé, les médecins libéraux espéraient que les négociations engagées en septembre avec l’Assurance maladie permettraient de rectifier le tir. Mais le cadre étriqué de ces discussions et l’absence de moyens alloués aux revalorisations ont fini d’écœurer des praticiens déjà irrités, ces dernières années, par une succession de décisions ayant illustré le peu de considération que leur portent les pouvoirs publics.

À peine lancées, les négociations conventionnelles ont du plomb dans l’aile. Moins d’un mois après la séance inaugurale mi-septembre, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a en effet claqué la porte avec fracas de ce rendez-vous qui devait notamment permettre de renforcer l’accès des Français aux soins non programmés et de développer la télémédecine. Mais une lettre de cadrage trop étroite et la détermination affichée par le ministre de la Santé, Olivier Véran, de ne pas revaloriser l’acte médical, couplées au montant dérisoire (300 millions d’euros) prévu par le projet…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte