Courrier des lecteurs

Parapluie, verbologie et rustinologie  Abonné

Publié le 29/01/2016

Si l’on voulait illustrer le comportement qui prédomine ces dernières années on pourrait le qualifier de décubitus verbeux bruyant ; j’en prends pour exemple notre ministre qui, dans le domaine stricto sensu de la santé, n’a strictement rien fait (et ne rien faire en quatre ans il faut le faire !) ; laquelle ministre nous abreuve de pensées profondes du genre « pour la nouvelle convention je veillerai à ce qu’il y ait moins d’attente pour les consultations de spécialistes » ; attention elle va leur faire les yeux encore plus gros !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte