Les premiers mois d'Agnès Buzyn

Publié le 26/12/2017

Au ministère de la Santé, une femme médecin a succédé à la très politique Marisol Touraine. A la tête du collège de la Haute autorité de santé jusqu’à sa nomination, Agnès Buzyn avait aussi, entre autres, présidé l’Institut national du cancer. Affaire Levothyrox, obligation vaccinale, plan déserts, stratégie nationale de santé, recertification, réduction du déficit de la Sécu : cette professeure d’hématologie n’a pas chômé au cours de ses premiers mois de mandat. Avec à la clef nombre de défis à relever, vis-à-vis des patients, citoyens et professionnels.

 

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)