Prescriptions

Les généralistes se sont-ils convertis aux génériques ? Abonné

Publié le 03/05/2013

Entre l’été 2012 et le printemps 2013, la profession semble être passée de la fureur au consentement à l’égard des génériques. On n’entend plus parler de la contestation autour de la mention « NS ». Et la polémique avec les industriels du Gemme est retombée comme un soufflé. On pourrait en déduire que le paiement à la performance a convaincu les généralistes des vertus du répertoire, de la prescription en DCI et de la substitution. Sauf que tout le monde n’est pas de cet avis

Qui l’eût cru ? C’est sur la prescription en génériques que le paiement à la performance a été… le plus performant ! Alors qu’il y a tout juste six mois, les généralistes étaient encore des milliers à signer une pétition contre les tracasseries du « NS », ils ont finalement été très bons pour le volet efficience conçu par l’Assurance Maladie incitant les médecins à prescrire dans le répertoire : +13 % sur 2012 pour les anti-hypertenseurs ; +17 % pour les IPP et +41 % pour les statines ! Et si pour les antibiotiques et les anti- dépresseurs la croissance est plus modeste (respectivement de 3…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte