Exercice coordonné

Les généralistes restent divisés sur les délégations de tâches Abonné

Publié le 08/11/2019
Les généralistes restent divisés sur les délégations de tâches

Del
designer491/stock.adobe.com

“Prescription” par les pharmaciens, vaccination antigrippale par l’infirmier ou en officine, infirmiers de pratique avancée, etc. Pour résoudre la crise de la démographie médicale, les pouvoirs publics misent sur les délégations de tâches dont la liste s'est récemment allongée. Mais qu'en pensent les médecins ? Une moitié restent réticents, selon les résultats de notre enquête en ligne. Même si la jeune génération est plus ouverte à des transferts de tâches encadrés s’inscrivant dans une logique d’exercice coordonné.

« Aujourd’hui, si vous vous tordez la cheville sur le trottoir, vous ne pouvez pas aller voir le kiné qui pourrait vous traiter. On peut envisager (...) que vous puissiez aller le voir directement sans passer par les urgences. Il pourrait très bien vous prendre en charge. » Il aura suffi de ces trois phrases – prononcées fin août – par le député urgentiste Thomas Mesnier (LREM) pour s’attirer, une nouvelle fois, les foudres des médecins. Toujours prompts à réagir, les Drs Jean-Paul Hamon et Jérôme Marty, présidents respectifs de la FMF et de l’UFML-S, s’élèvent…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte