Le plan d’économies de Van Roekeghem retoqué par le Conseil de la CNAM

Publié le 04/07/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Comme prévu, le Conseil de la Cnamts s’est réuni ce jeudi pour se prononcer sur les propositions visant à réduire les dépenses de la Sécu. Mais contre toute attente, les propositions de son directeur Frédéric Van Roekeghem ont été retoquées par 21 voix contre et 13 voix pour. C’est la conjonction du patronat et des syndicats de salariés les plus contestataires qui a emporté le rejet des mesures, puisque Cgt, Cgt-fo, Cfe-Cgc, Medef, Cgpme et Upa ont voté contre. Les patrons souhaitaient, semble-t-il, que l’hôpital soit davantage mis à contribution et moins l’industrie du médicament. A l’inverse, le vote contre des syndicats de salariés précités serait lié à l’insuffisance de crédits pour la santé. Néanmoins, toutes les centrales syndicales ne sont pas de cet avis, puisque Cfdt, Cftc, Fnmf, Ciss, Fnath, Unaf ont voté pour comme d’ailleurs deux personnalités qualifiées du conseil.

Selon le communiqué du Président (CFDT) Michel Régereau, la majorité des organisations a néanmoins reconnu dans ce plan la volonté de faire des économies « en privilégiant l’exploitation des marges d’efficience sur les processus de soins plutôt qu’en recourant à des déremboursements ». Le vote défavorable a été justifié, selon lui, « soit par un manque d’ambition dans les mesures de restructuration du système de soins, soit par le contexte jugé exagérément contraint sur la dépense », explique son communiqué. Pour le plan Rœkeghem, une "session de rattrapage" aura lieu le 24 juillet prochain, puisque le Conseil de la cnamts se réunira à nouveau sur le même thème ce jeudi là. Pour que le rapport soit désormais entériné, il ne devra pas recueillir plus de deux tiers d'opposition. Rappelons qu’il s’agit pour l’essentiel de propositions d’économies que la cnamts fait au gouvernement en vue du prochain PLFFSS 2015, et qui ne sont pas en tant que telles exécutoires.



Source : legeneraliste.fr