Vidéosurveillance

Le « mauvais œil » du Dr Talbot dans la manche  Abonné

Publié le 22/02/2013

Quand le Dr Richard Talbot a demandé à la préfecture de pouvoir installer des caméras de vidéosurveillance dans sa salle d’attente, il s’est vu opposer un refus ferme. Depuis quelques mois, en effet, le mobilier de son cabinet subissait des dégradations importantes (affiches arrachées, chaises détériorées..) et le généraliste de Saint-Hilaire-du-Harcouët, dans la Manche, voulait dissuader les voyous de continuer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte