IVG : la clause de conscience spécifique fait débat  Abonné

Par
Publié le 16/10/2020

Les députés ont voté en première lecture uneproposition de loi qui viseà allonger les délais d'avortement et supprime la clausede conscience spécifique. Ce texte divise la profession.

Crédit photo : KEVIN CURTIS/SPL/PHANIE

Ce n’est qu’une première étape, mais l’Assemblée nationale a voté en fin de semaine dernière l’allongement du délai légal pour avorter. Parmi les mesures phares du texte figurent l’allongement de 12 à 14 semaines du délai  pour une IVG chirurgicale, la possibilité donnée aux sages-femmes de réaliser l'avortement jusqu’à la 10e semaine et la suppression de la clause de conscience spécifique à l’IVG. Le texte, porté par la députée Albane Gaillot (ex-LREM) de Écologie démocratie solidarité a été voté avec 86 voix pour et 59 contre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte