Couacs avenue de Ségur (2)

Eté 1988 : Le jour où le Pr Léon Swartzenberg bâtit le record de brièveté au gouvernement...

Publié le 04/08/2015
Surprise, incidents, gaffes ou divergences… La vie n’est pas un long fleuve tranquille quand on est ministre de la Santé. Pendant l’été, legeneraliste.fr revient sur les histoires des plus marquantes, qui ont parfois valu une place ou coûté un poste à certains locataires de l’avenue de Ségur. Aujourd’hui, la machine à remonter le temps nous amène à la fin des années 80. Mitterrand réélu cohabite avec Rocard à Matignon. Et le second nomma le Pr Schwartzenberg à la Santé pour incarner l’ouverture à la société civile. Pas pour longtemps…

Crédit photo : Capture d'écran INA

Erreur de casting que ce nouveau ministre délégué à la Santé choisit par Michel Rocard pour faire équipe avec Claude Evin ? A priori, la nomination du Pr Léon Schwartzenberg ce 29 juin 1988 faisait plutôt l’effet d’un joli coup médiatique, tant le cancérologue de Villejuif crevait les plafonds de popularité dans cette France de la fin des années 80. Quelques jours plus tard, au conseil des ministres, il tenait d’ailleurs la vedette au sein d’un gouvernement qui inaugurait le second quinquennat de François Miterrand.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)