Courrier des lecteurs

Drogues : les effets pervers de la loi de prohibition  Abonné

Publié le 16/10/2015

L’ouverture contrariée de salles d’injection à moindre risque va encore durer longtemps. Pourtant de nombreux travaux internationaux ont démontré l’intérêt de ces salles en termes de réduction des risques, d’accès aux soins et aux droits sociaux pour des malades très marginalisés qui cumulent les difficultés médico- psychosociales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte