Éditorial

Clair-obscur  Abonné

Publié le 02/10/2015

Crédit photo : ©PHANIE

Pour les ténors de l’ex-majorité, c’est l’heure des confessions publiques et des mea culpa. Alain Juppé a été le premier à inaugurer l’exercice à la Baule au début du mois. Occasion pour lui de faire des excuses au corps médical libéral sur son plan éponyme de 1995 et les ordonnances qui ont suivi… François Fillon a enchaîné, le week-end dernier, devant les troupes du SML réunies à Marseille. L’ancien responsable gouvernemental concédant, bon prince, que les ARS mises en place par « sa » réforme HPST ont suivi depuis une dérive par trop bureaucratique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte