PLFSS 2015 : démissions en cascades des députés socialistes frondeurs

Publié le 20/09/2014

Crédit photo : PHANIE

Le député de la Nièvre et aubryste Christian Paul, qui était depuis deux ans rapporteur de la partie assurance maladie du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) ne le sera plus cette année. Ce député, spécialiste des questions de santé, qui est un des fers de lance de la contestation au sein des députés PS "frondeurs" a expliqué à l’AFP avoir pris cette décision afin de "mettre en cohérence ses positions défendues ces derniers mois et ses actes" .Il retrouve ainsi une "liberté de parole" pour les discussions sur ce PLFSS 2015, qui devrait passer en commission des Affaires sociales les 14 et 15 octobre, avant son passage dans l'hémicycle la semaine suivante. Christian Paul regrette notamment que sur ce prochain budget de la Sécu, "Bercy maintienne le débat sous cloche depuis des mois" et que "le Parlement soit encore trop souvent une chambre d'enregistrement".

Cette décision de M. Paul complique l'organisation du travail de la commission des Affaires sociales, qui doit auditionner différents acteurs sur les dépenses de santé, a souligné sa présidente (PS), Catherine Lemorton. Le successeur à cette fonction de rapporteur devrait être désigné officiellement d'ici une quinzaine de jours. On évoque le nom du médecin et député de l’Isère Olivier Véran pour lui succéder.

L’élu de la Nièvre n’est pas le seul à avoir démissionné de ses responsabilités : un autre meneur des frondeurs et proche de Martine Aubry, Jean-Marc Germain, n'a pas voulu rester porte-parole du groupe PS sur ce PLFSS "compte tenu de (ses) désaccords sur les orientations économiques, laissant trop peu de place au soutien à l'investissement public et au pouvoir d'achat", a-t-il précisé à l'AFP. Dans la foulée, l'élu des Hauts-de-Seine, également secrétaire national du PS à l'international, quitte d'ailleurs la commission des Affaires sociales pour celle des Affaires étrangères. Quant à l'élu du Val d'Oise Gérard Sebaoun, il abandonne sa fonction de porte-parole des socialistes pour la partie assurance maladie du PLFSS, dans la même logique.


Source : legeneraliste.fr