Entretien avec Michel Chassang

« Pas de changement de cap à redouter à la CSMF »  Abonné

Publié le 21/03/2014
« On fédère, on consulte, on ne divise pas... » A la veille de l’élection samedi 22 mars de son successeur – Jean-Paul Ortiz ou Jean-François Rey – Michel Chassang revient sur 12 ans de présidence de la CSMF et sur les défis qui se présentent pour la Conf’.

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Le Généraliste. à la veille de votre départ de la présidence de la CSMF, quel regard portez-vous sur ces douze années à la tête de ce syndicat et sur quasi trente ans de syndicalisme ?

Michel Chassang. Quand on commence à exercer, on perçoit très vite les limites de notre métier. C’est à ce moment que l’on prend conscience que ce n’est pas seul qu’on peut changer les choses. C’est ce qui m’a amené à m’engager dans une structure syndicale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte