Pr Frédéric Blay*

« L’éviction à tout prix ? Y réfléchir à deux fois ! »  Abonné

Publié le 11/04/2014

« Classiquement, dès l’identification d’un asthme professionnel (AP) – déclenché par le travail – l’on prônait, si possible, l’éviction totale, ce qui signifiait pour la personne une inaptitude au poste d’où un licenciement avec une faible indemnisation. Or on sait depuis peu que près de 40% des personnes déclarées en asthme professionnel perdent définitivement leur travail.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte