Télémédecine

Les pionniers s’impatientent Abonné

Publié le 24/02/2017
Les pionniers s’impatientent


VOISIN/PHANIE

Tout le monde s’accorde sur le sujet : la télémédecine préfigure (une partie) de l’exercice médical de demain. Mais qu’en est-il réellement sur le terrain ? Et qui sont les avant-gardistes qui ont déjà tenté l’aventure ? Nous avons rencontré ces pionniers parfois agacés par une dynamique qui peine à démarrer. Leur enthousiasme contraste néanmoins avec l’inquiétude de certains confrères. D’aucuns redoutent que ce nouvel acteur ne dénature le colloque singulier alors que de nouvelles règles du jeu se mettent doucement en place.

La télémédecine ? Les médecins ne sont pas si nombreux à l’avoir esssayée grâce aux expérimentations lancées en 2014 dans neuf régions et qui devraient être étendues à la fin de l’année. Mais, dans l’ensemble, les médecins généralistes qui l’ont testée l’ont adoptée. Elle est perçue comme un gain de temps. « Nous gagnons du temps avec la téléconsultation en évitant la rédaction du courrier au confrère et de nombreux appels téléphoniques pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste dans un délai raisonnable », explique le Dr Pierre Bidaut, généraliste à Gien (Loiret), qui…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte