Les libéraux du CNPS et de l’UNAPL hostiles à la déréglementation évoquée par Montebourg

Publié le 17/07/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Les professionnels de santé libéraux du Conseil national des professions de santé (CNPS) se sont opposés hier, mercredi, au projet gouvernemental de revoir les conditions d'exercice de leur profession, qui, selon eux, en poussant à la concurrence, pourrait conduire à une « médecine à plusieurs vitesses ». Le ministre de l'Économie Arnaud Montebourg a en effet annoncé, la semaine dernière, sa volonté de s'attaquer aux professions réglementées, affirmant pouvoir dégager ainsi 6 milliards d'euros de pouvoir d'achat pour les ménages.

Le CNPS, dont le poste de président revient au pharmacien Philippe Gærtner, « met en garde le gouvernement contre la suppression d'une réglementation qu'il a lui-même instaurée et qui risque de conduire à une véritable anarchie où le consommateur serait perdant » peut-on lire dans un communiqué. Les professions de santé réglementées et le monopole de la délivrance en pharmacie « sont une garantie et une chance pour les consommateurs, car elles obéissent à des règles déontologiques » et proscrivent notamment le recours à la publicité, et « celles qui pratiquent des tarifs conventionnés excluent la concurrence par le prix » estiment-ils.

Même son de cloche du côté de l’Union des professions libérales (UNAPL) de Michel Chassang qui rejette « fermement » le projet gouvernemental et dénonce « une mesure démagogique préjudiciable aux consommateurs ».


Source : legeneraliste.fr