Le directeur d'un hôpital polonais licencié après avoir refusé une IVG

Publié le 10/07/2014

La mairie de Varsovie a décidé de licencier le directeur d'un hôpital public ayant refusé une IVG justifiée par une malformation du fœtus. « Le droit à l'information a été violé. Un médecin peut refuser de procéder à une IVG en invoquant la clause de conscience, mais un hôpital en tant qu'établissement public, ne peut pas le faire », a déclaré le porte-parole de la maire de Varsovie Hanna Gronkiewicz Waltz. De son côté, le Pr Bogdan Chazan a argué qu'une IVG était contraire à ses convictions religieuses. La femme a été dirigée dans un autre hôpital public, mais après avoir dépassé de cinq jours le délai légal. En Pologne, en effet, l'avortement n'est permis qu'en cas de viol, d'inceste, de danger pour la vie de la mère ou de malformation irréversible du fœtus, jusqu'à douze semaines. L'enfant, né le 30 juin, est décédé mercredi. Le parquet de Varsovie a ouvert une enquête sur cette affaire. L'avocat va demander des dédommagements à l'hôpital au nom de la mère.


Source : legeneraliste.fr