Les portraits de l'été

Le credo du Dr Roland Muzelle, soigner les enfants en souffrance psychologique

Par
Publié le 15/08/2019
Muzelle

Muzelle

L'engagement du Dr Roland Muzelle, lauréat des Grands prix du Généraliste dans la catégorie de l'organisation des soins, ne date pas d’hier. Cela fait maintenant près de dix ans que le médecin généraliste de 68 ans, aujourd'hui à la retraite, a lancé un service d’aide pour permettre aux jeunes (4 à 17 ans) de son département (Loire), qui seraient en souffrance psychologique (trouble d'apprentissage, dépression, anorexie mentale...), d'accéder à des psychologues ou psychomotriciens.

En 2009-2010, quand le Dr Roland Muzelle et ses associés de Saint-Symphorien-de-Lay se lancent dans la création d’un pôle de santé dans le département de la Loire, ils décident du même coup de créer le service d’aide multi-professionnel pour enfants et adolescents en difficulté (Samead). « Les délais d’attente pour des rendez-vous en CMP et CMPP sont très longs. Nous sommes aussi en milieu rural, et les populations n’ont pas forcément les moyens de se déplacer, ni de payer ce type de soins », explique le Dr Muzelle. Le Samead voit donc le jour en 2011 afin de rendre accessibles des soins à des populations isolées et en difficulté. Les enfants de 4 à 17 ans peuvent rentrer dans le dispositif avec la lettre d’un médecin (scolaire, traitant, pédiatre, de PMI). Leur dossier est alors pris en charge par l’infirmière coordonnatrice qui va les orienter vers l’un des thérapeutes.

Près de 500 enfants pris en charge en 2017

Depuis sa création, le Samead n’a cessé de grandir. Sur 11 communes au départ, il en couvre aujourd’hui 54 et s’étend sur 4 sites physiques. Près de 500 jeunes ont ainsi été pris en charge dans le département en 2017. « Le dispositif a aussi permis à des professionnels libéraux psychologues et psychomotriciens de s’installer en milieu rural », explique le généraliste de 68 ans qui est toujours coordonnateur du projet. Il a aidé aussi à la formation des généralistes sur ces sujets. « L’année prochaine, nous organiserons une session sur le dépistage et la prise en charge des troubles de l’autisme. » Bloqué aujourd’hui dans sa croissance, le Samead entame sa mue pour devenir un établissement médico-social et attirer d’autres sources de financement.

 


Source : legeneraliste.fr