Édito

L'autre campagne

Par
Publié le 19/02/2021

Crédit photo : GARO/PHANIE

Depuis fin décembre, tous les regards sont portés sur la chaotique campagne de vaccination contre le Covid-19. On peut le comprendre car l’enjeu est crucial pour tenter d’obtenir l’immunité collective. Une autre campagne importante pour les médecins libéraux vient pourtant de démarrer dans la plus grande indifférence : celle des élections professionnelles. Ce rendez-vous permettra de déterminer l’audience nationale des syndicats amenés à négocier la future convention médicale. Mais aussi de choisir vos représentants au sein des URPS, interfaces des agences régionales de santé.

Dans le contexte épidémique, beaucoup d’inconnues entourent ce scrutin qui se déroulera pour la première fois par voie électronique, du 30 mars au 7 avril. En premier lieu, la hauteur de la participation. Lors du dernier vote, en 2015, elle n’avait pas atteint les 40 %. La seconde interrogation concerne le rapport de force entre les listes. MG France conservera-t-il son leadership ? La FMF, les Généralistes-CSMF ou le SML parviendront-ils à le lui contester ? À moins que l’UFML-S, qui se présente pour la première fois, rebatte les cartes ?

Les syndicats de médecins libéraux, qui avaient coutume de présenter leur programme lors de tournées dans les principales villes du territoire, en seront privés cette année. Il leur faudra rivaliser d’imagination pour relayer leurs propositions, via des mailings, vidéos en ligne ou réunions Zoom. Le Généraliste a décidé de publier dans ce numéro les professions de foi des sept syndicats autorisés à concourir dans le collège généraliste.

Sans surprise, les organisations sont unanimes pour demander la revalorisation de la rémunération, même si les modalités diffèrent. Échaudés par le Ségur de la santé centré sur l’hôpital, vos représentants veulent croire que les futures négociations permettront un rattrapage. Rien n’est moins sûr, à l’heure où le déficit des comptes sociaux n’a jamais été aussi élevé. Ils devront se montrer pugnaces. Et leurs revendications auront plus de poids si les médecins se sont mobilisés en masse.

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction

Source : Le Généraliste