La CPS reste très sous-utilisée  Abonné

Publié le 07/10/2016

Légalement, les remplaçants doivent utiliser leur propre Carte professionnelle de Santé. Selon les remplaçants, elle permet surtout « d’identifier le médecin prescripteur » (91 %) et de « travailler en son nom » (75 %) ; elle présente aussi l’intérêt d’être « nominative et incessible » (79 %). Dans les faits, l’étude Remplact montre que son utilisation n’est pas si évidente. Première information, seuls 65 % des remplaçants possèdent une CPS ; parmi ceux qui n’en ont pas, une grande partie étaient encore internes quelques mois auparavant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte