PDS

Un médecin régulateur de Poitiers mis en cause par la justice

Publié le 18/02/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Un médecin régulateur du Samu de Poitiers a été renvoyé en correctionnelle pour homicide involontaire. Cette mise en cause fait suite au décès en 2006 d'un patient qui n'a pas été pris en charge par le Smur mais par une ambulance privée. Le patient est mort en juin 2006 à l'âge de 32 ans dans une ambulance privée sur le trajet vers les urgences du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Poitiers des suites d'un malaise cardiaque.

Auparavant la victime et sa compagne avaient appelé le Samu à trois reprises. La praticienne régulatrice n'avait pas jugé nécessaire de lui envoyer une ambulance du Smur, bien que le malade évoquait des douleurs à la poitrine et au bras gauche. Une "faute de négligence caractérisée", a estimé le magistrat instructeur selon la Nouvelle République du Centre-Ouest et Centre-Presse, qui ont révélé son ordonnance de renvoi, datée de vendredi et considérant que le médecin avait exposé le patient à un "risque d'une particulière gravité". Le juge s'est notamment fondé sur une expertise judicaire considérant que la régulatrice du Samu n'avait pris en compte les "éléments à rechercher pour éliminer un syndrôme coronarien aigü", que de manière "très partielle". L'expertise considère aussi qu'elle n'a pas "poussé assez loin le questionnaire téléphonique".

Ce n’est pas la première fois qu’un médecin régulateur est inquiété par la justice. Mais dans cette affaire, le parquet n’est pas du même avis que le magistrat instructeur. Le procureur de la République de Poitiers, Nicolas Jacquet, a fait appel lundi de l'ordonnance de renvoi, considérant au contraire que la faute n'était pas caractérisée, une vision conforme aux réquisitions de non-lieu qu'il avait prises en 2013 et à l'opposition du parquet à l'ouverture d'un information judiciaire dès 2008. Il reviendra à la cour d'appel de Poitiers de valider ou non l'ordonnance du magistrat instructeur.


Source : legeneraliste.fr