Première inculpation d’un médecin londonien pour mutilation sexuelle féminine

Publié le 22/03/2014

Deux hommes, dont un médecin, ont été inculpés en Angleterre pour mutilation sexuelle féminine. "Un médecin de l'hôpital Whittington à Londres est soupçonné d'avoir pratiqué une mutilation génitale sur une patiente qui venait d'accoucher en novembre 2012 et qui avait déjà subi une mutilation antérieure pour laquelle il est aussi soupçonné", selon un communiqué du parquet. Un autre homme, Hasan Mohamed - qui ne travaille pas dans le milieu médical - sera lui poursuivi pour incitation à la mutilation.

Les deux hommes doivent comparaître devant un tribunal londonien à Londres, le 15 avril. Les mutilations sexuelles féminines (excision, infibulation) sont illégales depuis 1985 en Angleterre et au Pays de Galles, mais personne n'avait jusqu'à présent été inculpé.

Selon l'OMS, plus de 125 millions de jeunes filles et de femmes sont victimes de mutilations sexuelles dans 29 pays africains et du Moyen-Orient, où ces pratiques sont concentrées. Selon le ministère britannique de la Santé, environ 66.000 femmes ont subi des mutilations génitales en Angleterre et au Pays de Galles et 23.000 jeunes filles de moins de 15 ans risquent chaque année d'être excisées. Début février, le gouvernement avait annoncé l'obligation pour les hôpitaux britanniques de répertorier les cas de patientes ayant subi une mutilation sexuelle.


Source : legeneraliste.fr