Le combat de deux tchèques devant la Cour européenne pour défendre l’accouchement à domicile

Publié le 10/02/2015

Crédit photo : CherryX-CC

Deux femmes Tchèques, Sarka Dubska et Alexandra Krejzova ont saisi la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) pour promouvoir l’accouchement à domicile. Elles demandent à la Cour de Strasbourg de se pronocner sur une loi tchèque qui interdit aux sages-femmes d'assister aux accouchements à domicile. La Cour a tranché une première fois en décembre: les droits des deux mères n'ont pas été violés. "Ce verdict nous a apporté une déception et une surprise", a dit Mme Dubska. Les deux plaignantes placent maintenant leurs espoirs dans la Grande Chambre de la CEDH. "Malheureusement, le paternalisme et la volonté de limiter les choix des patients sont encore très présents dans le système tchèque des soins médicaux", constate Zuzana Candigliota, juriste à la Ligue tchèque des droits de l'Homme. "Les médecins de renom ont également des intérêts financiers: ils obtiennent des sommes importantes de l'assurance maladie et risquent de perdre de l'argent s'il y a une alternative", dit-elle.

Tenant compte de l'absence de consensus européen sur les accouchements à domicile, la CEDH a statué que les "Etats jouissent d'une ample marge d'appréciation pour réglementer cette question". Un juge a fait cependant valoir que l'absence d'une sage-femme ne pouvait qu'augmenter les risques pour les femmes. De fait, si les Pays-Bas se trouvent à la tête des statistiques européennes des accouchements à domicile avec 16,3%, devant le Pays de Galles (3,7%), la moyenne européenne étant toutefois inférieure à 1%, selon un rapport de 2010. En République tchèque, ce chiffre n'atteint que 0,2%. En 2010, la CEDH avait donné raison à la Hongroise Anna Ternovszky qui avait porté plainte contre son pays après avoir été empêchée d'accoucher à domicile, à cause d'un flou juridique. La Grande Chambre de la CEDH devrait "rendre un verdict unique et fixer les orientations pour l'avenir", selon l'avocat de Mme Krejzova.


Source : legeneraliste.fr