Don de sperme et levée d’anonymat : le Conseil d’Etat doit trancher

Publié le 19/10/2015

Crédit photo : THOMAS FREDBERG/SPL/PHANIE

Doit-on partiellement lever l'anonymat des donneurs de sperme ? La question concerne entre 50 000 et 70 000 enfants nés depuis l’ouverture des CECOS en 1973. L’une d’entre eux, une femme de 35 ans, conçue par insémination artificielle avec donneur, a saisi le Conseil d'État pour obtenir des informations sur son père biologique.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)