Bonnemaison : après l’appel du parquet ses soutiens crient à l'acharnement

Publié le 03/07/2014

Après que le parquet général de Pau ait annoncé mercredi qu'il faisait appel de l'acquittement du Dr Nicolas Bonnemaison, la défense et les soutiens de l'urgentiste crient à « l'acharnement judiciaire ». « L'appel est bien entendu un droit qui appartient aussi à l'accusation mais dans ce dossier, on peut regretter un acharnement judiciaire déraisonnable qui va toucher non seulement Nicolas Bonnemaison et le monde médical, mais également toutes les familles concernées », ont aussitôt déploré les conseils du médecin, Mes Benoît Ducos-Ader et Arnaud Dupin. « La première question qu'on se pose face à cet appel, c'est à quoi sert un jury populaire si on ne l'écoute pas », s'est indignée la présidente de l'association de soutien à Nicolas Bonnemaison, Anne Montagut. Autre soutien de Bonnemaison, le Dr Marie-Pierre Kuhn a réaffirmé « rester plus que jamais aux côtés » de son ancien collègue, déplorant que les familles devront « revivre une nouvelle fois des moments douloureux et ce, dans un an, peut-être deux ». Le Dr Frédéric Chaussoy, poursuivi pour avoir, en 2003, aidé Vincent Humbert à mourir, avant de bénéficier d'un non-lieu, pointe lui aussi « l'attente, surtout pour Nicolas Bonnemaison », évoquant un « homme brisé, abattu et cassé ». Lui aussi a évoqué un « acharnement de l'accusation ».

Pas de cet avis, Jean Leonetti, artisan de la loi sur la fin de vie, a jugé pour sa part que la décision du parquet général n'était pas « surprenante », rappelant « que dans aucun pays on ne peut, de manière clandestine et solitaire, abréger la vie d'une personne qui ne le demande pas ». Enfin, l'association Alliance Vita, qui avait jugé l'acquittement du médecin « effrayant » et « absurde », a salué, de son côté, la décision d'appel.


Source : legeneraliste.fr