Procès Bonnemaison

A Angers, l’urgentiste de Bayonne revendique "la sédation" et reçoit le soutien de Michèle Delaunay

Publié le 13/10/2015
Intérieur du palais de justice d'Angers

Intérieur du palais de justice d'Angers
Crédit photo : DR

"On ne s'habitue jamais à l'agonie..." Au deuxième jour de son procès en appel, Nicolas Bonnemaison, l'ex-urgentiste jugé en appel à Angers pour "empoisonnement" de patients en phase terminale, a défendu sa décision de sédation, "en aucun cas" pour tuer, mais pour "soulager", a-t-il expliqué.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)