A J - 20, syndicats d’internes et de médecins se retrouvent mardi soir pour préparer la manif du 15 mars

Publié le 22/02/2015

Crédit photo : GARO/PHANIE

Ce sera une manifestation unitaire et suivie par une majorité de syndicats du monde de la santé. Et la présidente de l’Isni, Mélanie Marquet -qui, avec les chefs de clinique de l’ISNCA, a pris l’initiative du rassemblement à Paris le 15 mars - ne semble pas plus que ça surprise des ralliements nombreux de ces dernières semaines : « On est dans une démarche très constructive et pas oppositionnelle. On appelle à repenser les structures de soins. Je ne vois pas comment les autres syndicats auraient pu refuser se joindre au défilé. D’autant que numériquement, les jeunes auront un peu le dessus. Et puis ça donne un second souffle au mouvement lancé par les syndicats de médecins. »

La difficulté de ce genre d’entreprise est bien sûr que tout le monde marche à la même cadence… L’Isni et l’Isnca ont donc invité tous les syndicats de jeunes et de moins jeunes à un comité d’organisation mardi 24 février dans les locaux parisiens de l’Isni.

Le parcours est déjà arrêté et sous réserve de l’approbation préfectorale le rassemblement démarrera à 14h00 de la Place Denfert Rochereau pour se terminer devant le ministère de la Santé en passant par l’Observatoire et le boulevard du Montparnasse. Quant aux moyens de transport, on indique à l’Isni que les internes sont déjà à l’œuvre et ont déjà réservé bus et TGV...

L’idée de la réunion de mardi soir avec les syndicats d’internes et jeunes libéraux et les cinq syndicats représentatifs de médecins (CSMF, FMF, MG France, SML et Le Bloc) est plutôt d’accorder les violons : « C’est vraiment un comité d’organisation pour arriver à dégager des revendications communes et des slogans communs, mais aussi les banderoles, les camions, les tee-shirts », explique la jeune présidente de l’ISNI, qui a déjà prévenu les syndicats de libéraux : « C’est une manifestation qui ne portera pas uniquement les revendications de la médecine libérale, mais sur l’ensemble du système de soins. »


Source : legeneraliste.fr