Trois questions à… Irène Supper*

« Il faut voir les choses dans la perspective de l’équipe et du patient »  Abonné

Publié le 03/10/2014

Le généraliste. Dans quel contexte s’est déroulée cette étude ?

Irène Supper. C’est un travail de thèse que j’ai dirigé, réalisé par Alicia Pillot sur la transférabilité et qui compte parmi les 54 travaux de thèses réalisés dans le cadre du projet Ecogen. Elle a été motivée par le sujet ainsi que par l’opportunité de participer à un projet national en médecine générale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte