Le DPC et ses pilotes, bousculés par la crise Abonné

Publié le 29/03/2021
Le DPC et ses pilotes, bousculés par la crise


VOISIN/PHANIE

Entre une situation épidémique qui impose la formation à distance, des turbulences qui perturbent sa gouvernance et une obligation renforcée qui se profile, le développement professionnel continu (DPC) connaît des temps agités. Le point sur une institution dans la tourmente.

C'était en novembre dernier. Le Dr Jean-François Thébaut, président du Haut Conseil du DPC (HCDPC), démissionnait avec fracas. Dans un courrier adressé aux membres de l’institution qu’il quittait, il critiquait vertement l’Agence nationale du DPC (ANDPC), chargée de financer l’essentiel de la formation professionnelle des médecins. Le cardiologue jugeait que la vision de cette instance, qu’il était censé conseiller et orienter, se résumait « à une gestion administrative, technique et bien sûr rigoureuse », « dénuée de vision prospective ». Une salve qui…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte