Courrier des lecteurs

Esculape malgré lui ou le prix de l'indépendance  Abonné

Publié le 01/06/2015

Autrefois, Esculape des villes

Exerçait son art bon an mal an

En toute indépendance et fort aisément

Tel n’était pas le cas d’Esculape des champs

L’indigent était son client

La nature l’honorait, non l’argent

Esculape des champs, dans sa précarité

Demanda à l’État de bien vouloir l’aider

L’Assistance était née, payée de nos impôts

Qui permit de soigner, quels que soient nos maux

Esculape des champs en fut soulagé

Esculape des villes, quelque peu dégradé

 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte