Les listes de soignants « communautaires », sectaires ou salutaires ? Abonné

Publié le 18/09/2020
Les listes de soignants « communautaires », sectaires ou salutaires ?

Consultation de médecine générale. Image d'illustration.
GARO/PHANIE

Début août, la publication sur les réseaux sociaux d’une liste de gynécologues noires a relancé le débat autour de la constitution d’annuaires de professionnels de santé s’adressant à un groupe d’individus partageant des spécificités. Repli communautaire ou pansement pour pallier les discriminations en santé ? Le sujet divise.

La trêve estivale a sûrement contribué à l’emballement médiatique mais elle a surtout relancé un vrai débat dans le monde médical. Début août, le compte Twitter Globule noir, supprimé depuis, qui se présente comme un groupe de soignants racisés, publie une annonce de recherche d’une « infirmière à domicile racisée », ainsi qu’une liste de noms de gynécologues noires en Île-de-France. La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) s’insurge et interpelle le ministre de la Santé pour qu’il se saisisse du sujet. La polémique rebondit, des politiques de différents bords s’en…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte