1975-2015, Le Généraliste fête ses 40 ans: entretien croisé

Elisabeth Hubert - Patrick Bouet : pour la profession, les grands défis sont à venir...  Abonné

Publié le 06/11/2015
Elisabeth Hubert fut ministre de la Santé il y a vingt ans et rédigea en 2010 un rapport sur la médecine de proximité qui fit date. Installé en Seine-Saint-Denis, Patrick Bouet est président du conseil de l’Ordre depuis bientôt deux ans et demi et a lancé une grande consultation auprès de ses confrères. La première est, à ce jour, la seule généraliste à avoir tenu les rênes avenue de Ségur... Le second est le seul médecin de famille jamais élu à la tête du Cnom… L’une et l’autre ont accepté de débattre ensemble des grandes évolutions de la profession. Sans concession et sans langue de bois, ils reviennent sur les problèmes actuels de la discipline et soulignent les défis du moment. à les entendre, les bouleversements ne sont pas terminés. Mais pas forcément ceux que l’on croit…

Crédit photo : Phanie

Le Généraliste : Qu’est-ce qui distingue la situation du médecin généraliste d’aujourd’hui de celle qui était la sienne dans les années 1970-1980 ?

› Élisabeth Hubert Ce qui me frappe, c’est qu’on a finalement le même nombre de praticiens aujourd’hui qu’en 1980. Mais la perception que l’on a du besoin de médecins et du maillage territorial est très différente. à l’époque, ma génération cherchait où s’installer... Ce qu’on ne prend pas suffisamment en considération, c’est que les moyens de communication ne sont plus du tout ceux d’il y a 40 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte